Le Push
Association de poker
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
- Hiver#4 : Félicitations à Soyouz, à PeakPoker et à Peach, vainqueurs de leur sit'n'go
Bravo à Xav73, grand gagnant du cash game -
- Félicitations à Papalem, grand vainqueur du 6Max
Gros GG à 26Buggy, runner up -
- Prize Pool Hebdo Push Hiver
1er Tournoi Live TPS 150€, 2ème 75€ Winamax, 3ème 50€ Wina, 4ème 25€ wina, 5ème 10€ wina -
- Félicitations à Gerry qui remporte la saison Automne 2019-2020
Bravo à Poussin3 et El Calabraise qui complètent le podium -
Janvier 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Prochains événements
Derniers sujets
» Hebdo Hiver#5 : vendredi 24 janvier
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar DUDU Hier à 21:16

» 1ere manche Freeroll A - Lundi 20 Janvier à 21h
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Hier à 11:06

» VOUS N'ETES PAS AU COURANT ?!
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar El_Calabraise Lun 20 Jan - 13:24

» Legends Of Spank #48
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Papalem Dim 19 Jan - 20:32

» Winamax Club Trophy 2020
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar greg Ven 17 Jan - 20:14

» 2 Million Week KO – Une semaine pour vous couvrir d’or
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Ven 17 Jan - 15:21

» Challenge SNG interclubs 2020
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Ven 17 Jan - 12:44

» Hebdo Hiver#4 : jeudi 16 janvier
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Jeu 16 Jan - 21:59

» Challenge MTT Interclubs 2020
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Jeu 16 Jan - 17:55

» Découvrez Winamax avec le championnat Freeroll !
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Jeu 16 Jan - 10:47

» Online Poker iz rigged
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar El_Calabraise Jeu 16 Jan - 10:35

» 1ere manche Champ. A - Lundi 13 Janvier à 21h
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Mar 14 Jan - 15:30

» 6 Max du Push n°5, le Dimanche 12 Janvier 2020
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar El_Calabraise Mar 14 Jan - 14:07

» Hebdo Hiver#3 : vendredi 10 janvier résultats
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Sam 11 Jan - 10:41

» Championnat A : Plus de 300€ de tickets offerts !
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Ven 10 Jan - 20:09

» Aide à la préparation du 6Max 5édition
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar benam Jeu 9 Jan - 10:08

» Super Finale Champ. B - Lundi 6 Janvier à 21h
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar José Mer 8 Jan - 19:48

» Hebdo Hiver#2 : jeudi 2 janvier résultats
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Ven 3 Jan - 9:16

» Tout schuss sur les Winamax Series !
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Mar 31 Déc - 17:08

» Spéciale Décembre : vendredi 27 décembre
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar El_Calabraise Ven 27 Déc - 19:13

» Hebdo Hiver#1 : jeudi 19 décembre résultats
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Ven 20 Déc - 13:05

» SNG Challenge Interclubs - Décembre
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Jeu 19 Déc - 18:47

» MTT Challenge Interclubs - Décembre
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Jeu 19 Déc - 18:46

» [Vidéo] Le Battle Royale avec Adrien Delmas (1/3)
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Jeu 19 Déc - 12:41

» Expresso Santa : C'est tous les jours Noêl !
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Mer 18 Déc - 15:56

» Ligue des Clubs Saison XIV
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Mar 17 Déc - 18:30

» 8e manche Champ. B - Lundi 16 Décembre à 21h
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Mar 17 Déc - 12:42

» SNG Challenge Interclubs - Novembre
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Wina_Borya Lun 16 Déc - 16:12

» Résultats Saison Automne 2019-2020
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Sam 14 Déc - 11:30

» Hebdo Automne#10 Finale ! : vendredi 13 décembre résultats
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimepar Peach Sam 14 Déc - 11:19

Voir le deal
68.99 €

Partagez
 

 Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Veronblack
ITM
Veronblack


Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Empty
MessageSujet: Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur   Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur Icon_minitimeMer 10 Oct - 19:05

Par Somnius

Aujourd'hui sera un grand jour : vous vous lèverez à l'heure prévue, prendrez un petit-déjeuner équilibré vous permettant de faire le plein d'énergie, avant de vous mettre au travail en vous montrant positif et en faisant preuve de concentration et de discipline. Non seulement aujourd'hui, mais également demain, et après-demain. De fait, ce sera comme ça durant toute la semaine, et les suivantes, pour se convertir en un schéma immuable... Qu'il doit être agréable de pouvoir penser ainsi !

Si seulement la vie d'un joueur de poker online pouvait être aussi simple et équilibrée. Mais comme vous le savez, il est bien difficile d'atteindre ce niveau de discipline et de détermination dans le domaine qui nous intéresse. Heureusement pour vous, votre persévérance peut venir à bout de tous les obstacles, même si c'est au prix d'une lutte contre votre propre psychologie visant à vous permettre de devenir ce qu'on pourrait appeler un "super moi".
L'effet des émotions sur votre jeu

Quel est votre objectif global en tant que joueur de poker ? Réaliser systématiquement le profit maximum en déterminant la meilleure décision en terme d'espérance de gain et en appliquant cette décision de la manière la plus objective possible. C'est ce dernier point qui va nous intéresser dans cet article.

Vous avez toutes les peines du monde à rester objectif et à empêcher vos émotions, votre humeur et les facteurs physiologiques de venir affecter votre objectivité lorsque vous jouez au poker. Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul dans ce cas. La plupart des joueurs de poker souffrent en effet des mêmes maux. Par chance, vous avez la possibilité de prendre des mesures afin d'atténuer les effets de ces faiblesses inhérentes à la condition humaine. Commençons sans plus attendre.

En premier lieu, je dois moi aussi me résoudre à faire preuve d'objectivité, et ce bien que je n'aie aucun intérêt à voir retomber votre enthousiasme pour cet article : vous ne viendrez probablement jamais totalement à bout du tilt. Un jour ou l'autre arrivera la main qui vous fera tilter de nouveau. Cependant, et en restant totalement objectif, je peux également vous dire qu'en vous y efforçant, vous réussirez à réduire considérablement la fréquence et la force de votre tilt. La question est donc la suivante : comment ?
Tous les tilts ne se ressemblent pas

Dans son excellent ouvrage "Elements of Poker", dont je vous recommande vivement la lecture, Tommy Angelo met en lumière les deux principales formes de tilt.

Le "Hard Tilt" se réfère à ces réponses émotionnelles qui nous conduisent à dilapider nos jetons dans un accès frénétique chargé de tension et de stress. 1 S'il vous est déjà arrivé de lancer votre souris contre le mur, c'est que vous étiez probablement victime de hard tilt.

Dans le cas de facteurs sans relation directe avec les émotions, comme la fatigue, la faim ou le manque de concentration, on parle de "Soft Tilt". 2 Cet article va se centrer sur le soft tilt, et plus particulièrement sur les facteurs en relation avec l'un des principaux neurotransmetteurs du cerveau, la sérotonine.
"L'hormone du bonheur"

Vous avez peut-être déjà entendu parler de "l'hormone du bonheur". La sérotonine a été l'objet d'un grand nombre de débats sur les dernières décennies, au cours desquelles on a notamment vu de nombreuses compagnies pharmaceutiques s'y intéresser. Les ISRS, ou "inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine", permettent d'augmenter le taux de sérotonine dans le cerveau et d'améliorer ainsi l'humeur, notamment dans le cadre du traitement de la dépression. Mais pourquoi ? Comment la sérotonine réussit-elle à vous rendre plus heureux et quelle est son importance dans votre quotidien, aussi bien aux tables de poker qu'en dehors ?

On ignore généralement que 80% de la sérotonine se trouve en fait au niveau de l'intestin, dont elle permet de réguler les mouvements, et que le cerveau contient uniquement 20% de vos réserves. Quand vous vous rendez compte de l'importance de la sérotonine sur le plan psychologique, ce genre de détail prend toute sa valeur. Cette hormone est avant tout impliquée dans votre perception du niveau de ressources disponibles, que cela concerne vos besoins vitaux ou d'autres types de besoins.

Votre consommation de nourriture, votre satisfaction matérielle ou votre niveau social sont autant de "ressources" qui influencent les taux de sérotonine dans votre cerveau. La consommation de certains types d'aliments libère de la sérotonine, ce qui se traduit par une sensation de satisfaction. La nutrition n'est pas le seul domaine impliqué ; les ressources sociales exercent la même influence. Le fait de pouvoir compter sur un vaste réseau social, au sein duquel vous vous sentez en sécurité et occupez une bonne position, va également augmenter votre taux de sérotonine dans le cerveau, vous permettant de vous sentir positif et satisfait.3

S'il vous est déjà arrivé de vous sentir soudain épuisé en plein milieu d'une session de poker, il y a de grandes chances pour que la sérotonine ait quelque chose à voir là-dedans. Il s'agit en effet d'un des principaux agents impliqués dans le soft tilt. La sérotonine affecte non seulement votre humeur, mais également votre appétit, votre sommeil et votre capacité de mémorisation (apprentissage). Ce neurotransmetteur au rôle essentiel est probablement la raison qui explique pourquoi vous n'apprenez pas aussi vite que vous le souhaiteriez, ou pourquoi vous continuez à commettre les mêmes erreurs sans jamais vous améliorer.4

Avant de voir comment augmenter votre taux de sérotonine et de diminuer ainsi les risques de soft tilt, vous devez tout d'abord comprendre comment la sérotonine influence votre cerveau et donc votre jeu.
Comment la sérotonine influence votre cerveau

La sérotonine pourrait être une des causes expliquant pourquoi vous répétez toujours les mêmes erreurs, surtout si vous le faites en éprouvant un certain malaise, teinté d'une légère indifférence. On pense que l'une des fonctions de la sérotonine est de vous aider à "désapprendre" et à modifier une habitude négative qui était jusqu'ici perçue comme positive.5 Il s'agit bien entendu d'un mécanisme extrêmement important pour réussir dans le poker.

Il arrive bien trop souvent qu'un joueur soit récompensé pour avoir mal joué, optant pour un move qui ne pourra en aucun cas être profitable sur le long terme. Soit dit au passage, ce dernier point a toutes les chances de déboucher sur un hard tilt par la suite, mais ce sujet sera abordé dans l'article suivant.

Ce qui nous intéresse ici, c'est que ce joueur a toutes les chances de prendre la même décision dans le futur (ce qui ne l'empêchera pas nécessairement d'être de nouveau récompensé). Bien que le move en question possède une espérance de gain négative sur le long terme, la réponse positive obtenue initialement établit une connexion au niveau du "circuit de récompense" du cerveau, connexion qui va se renforcer avec la répétition de cet événement.

L'incapacité à apprendre de ses erreurs, ou ne serait-ce qu'à s'en préoccuper, est l'une des principales caractéristiques de ces joueurs que nous qualifions de fish. Ne faisant pas partie de cette catégorie de joueurs, vous vous efforcez de choisir le meilleur coup, sans vous préoccuper du court terme. "Désapprendre" et "réapprendre" sont des facultés extrêmement importantes, essentielles.

Dans le cadre d'une étude récente, on a bloqué l'activité de la sérotonine chez des rats, empêchant l'hormone d'être relâchée dans leur cerveau. Résultat : les rats se sont montrés moins sensibles et réactifs aux punitions. Ils ont eu davantage de mal à modifier les comportements provoquant ces punitions, et ont eu tendance à répéter leurs erreurs. 6 Bien entendu, vous n'êtes pas un rat, mais vous n'en restez pas moins un mammifère. Vous pensez peut-être que votre cerveau particulièrement développé ne peut pas être si sensible que ça à ce genre de variations physiologiques. Dans ce cas, il serait bon de revoir cette opinion.
Le manque de sérotonine

Seul un groupe restreint de cellules est capable de libérer de la sérotonine dans le cerveau. En cas de réduction de leur activité, vous notez aussitôt les effets liés à la baisse des taux de sérotonine.7 Comme évoqué plus tôt, les troubles associés incluent l'incapacité ou la lenteur à modifier un comportement négatif, d'autant plus si l'action en question a produit des résultats positifs par le passé. Ce phénomène est d'autant plus intéressant que le fait de jouer au poker peut faire baisser votre taux de sérotonine, même quand vous prenez de bonnes décisions.

Quand vous jouez au poker, le fait de perdre une main provoque automatiquement une baisse de vos taux de sérotonine. Peu importe que vous ayez pris la bonne décision ou non. Dans tous les jeux comportant une part de risque, le fait de perdre de manière répétée fait considérablement baisser les taux de sérotonine dans le cerveau.8 De la même façon que la sérotonine augmente avec le niveau des ressources disponibles perçues, elle baisse lorsque les ressources diminuent. La chute de sérotonine ne se traduit pas uniquement par l'altération du processus d'apprentissage. La baisse des taux de ce neurotransmetteur fondamental s'accompagne également d'une diminution de l'inhibition comportementale.

Pour simplifier : plus vos taux de sérotonine sont bas, plus vous avez du mal à vous empêcher d'entreprendre une action que vous jugez pourtant erronée.9 Plus vous perdez, plus vous risquez de perdre. Il devient en effet de plus en plus difficile pour vous de prendre la bonne décision, ou pour être plus précis, de vous empêcher de cliquer la souris quand il ne faut pas. Et c'est loin de s'arrêter là. Les effets se répercutent bien au-delà de la table de poker. Des taux de sérotonine trop bas vont affecter votre vie en général et peuvent, de manière indirecte, influencer profondément la plupart de ses aspects.
Impact sur votre organisme

Une chute de l'activité de la sérotonine peut également déboucher sur des difficultés à respirer ou à bien dormir (souvent les deux à la fois). Savoir quels sont exactement les circuits mis en jeu n'est pas très important ici. Ce qui importe, c'est que la chute de vos taux de sérotonine va affecter votre sommeil ainsi que vos niveaux d'énergie.10

Vous avez sans doute déjà remarqué que lorsque vous êtes en down, vous avez davantage de mal à vous endormir, ou à ne pas vous réveiller en cours de nuit. Vous vous réveillez encore plus fatigué le lendemain et retombez dans la même spirale négative puisque le risque de prendre de mauvaises décisions, et donc de faire baisser encore plus vos taux de sérotonine, s'en trouve augmenté. C'est l'une des raisons pour lesquelles on recommande généralement de prendre au moins un jour de repos après une mauvaise journée ou un downswing particulièrement violent. Les bénéfices que vous tirerez d'une telle pause sont réels et quantifiables. Des taux de sérotonine sous-optimaux vont perturber votre cycle de sommeil et il sera plus difficile de vous en tenir à votre A-game.

Éliminer la fatigue n'est pas le seul but d'un sommeil réparateur. Dormir suffisamment est nécessaire pour une santé mentale et cardiovasculaire optimale. Quand vous dormez, votre corps en profite pour reconstruire les muscles et renforcer les connexions neuronales. C'est d'autant plus important que l'une des étapes principales de la formation de la mémoire intervient pendant le sommeil. De fait, il existe une théorie selon laquelle le rêve a pour fonction de donner un sens aux nouvelles informations et aux événements récents. De plus, votre organisme profite de la phase de sommeil pour éliminer une grande quantité de toxines.

Afin de bien dormir, buvez du lait avant de vous coucher, évitez la caféine en fin de journée, réduisez votre consommation d'alcool (l'alcool vous aide à vous endormir plus facilement mais augmente l'insomnie en cours de nuit), stoppez la nicotine qui est un stimulant, et faites de l'exercice (nous reviendrons plus loin sur cet aspect). Bien entendu, un bon sommeil vous permettra également d'améliorer votre activité sérotoninergique.

Directement ou indirectement, des taux de sérotonine équilibrés vont s'accompagner de nombreux effets positifs. Nous avons déjà pu voir que cette hormone favorise l'apprentissage et les modifications de comportement afin d'assurer une progression constante. Il faut savoir également que ces effets positifs vont s'auto-alimenter. Un état d'esprit plus positif augmente le potentiel d'une vie sociale plus riche, qui a son tour va provoquer une augmentation de la sérotonine. L'avantage est que cela va vous encourager à multiplier les rapports sociaux et à les diversifier, ce qui vous permet de vous éloigner de l'idée selon laquelle les choses matérielles représenteraient la seule source de confort.
Agir sur les taux de sérotonine à court et long terme

Vous connaissez peut-être des personnes (vous, peut-être) qui n'arrêtent pas d'acheter de nouvelles choses parce que cela les aide à se sentir mieux. Les joueurs de poker peuvent bénéficier de revenus substantiels et lorsque vous êtes jeune, placer cet argent n'est pas forcément votre premier objectif. Comme expliqué plus tôt, la libération de sérotonine est liée aux ressources perçues.

Le fait d'acheter cette montre bijou, ou cette voiture flambant neuve, débouche sur une libération de sérotonine provoquée par ces signaux qui traduisent la disponibilité d'une ressource. Il est également possible que cela provoque l'admiration d'une partie de votre entourage immédiat, augmentant par la même occasion le niveau des ressources sociales perçues. Il est cependant fréquent que ce genre d'acquisition génère davantage d'envie et d'énergie sociale négative que d'admiration. Mais plus important encore, les effets positifs de cette montée de sérotonine provoquée par les ressources matérielles sont ressentis uniquement à court terme. Sur le long terme, ces effets risquent d'être en réalité négatifs.

Nos ancêtres se fichaient pas mal de la différence qui peut exister entre une Honda et une Mercedes. Ils étaient bien trop occupés à essayer de couvrir des besoins essentiels, comme la nourriture ou la chaleur, ainsi qu'à maintenir des relations sociales dans le but de perpétuer l'espèce.

Le fait de développer votre vie sociale peut avoir des effets plus marqués et plus durables sur vos taux de sérotonine. Il se peut que ces cinq heures supplémentaires passées à jouer chaque semaine pour pouvoir se payer une nouvelle voiture ne soit pas une si bonne affaire que ça. Vous auriez pu passer ce temps auprès d'une personne aimée, ou encore le consacrer à une cause charitable.

Il a été montré que le fait d'exprimer des émotions positives et d'être agréable envers les autres permet d'augmenter les rapports sociaux et donc la perception des ressources sociales disponibles, ce qui augmente encore davantage la sérotonine.11 Compter sur les choses matérielles pour booster votre sérotonine à court terme risque de provoquer par la suite des difficultés à retrouver le même niveau de stimulation, du fait que votre seuil d'exigence va augmenter.

Acheter une montre à 1.000$ peut vous rendre heureux durant quelques semaines, mais vous risquez plus tard d'avoir besoin d'une montre à 3.000$ pour retrouver un effet comparable. Les relations sociales sont au contraire très bon marché et peuvent provoquer des augmentations de sérotonine significatives et durables. Toutefois, la dynamique sociale n'est pas le seul moyen d'améliorer l'activité de la sérotonine.
Le chemin vers une activité sérotoninergique équilibrée

Non, les bananes n'augmentent pas votre sérotonine. Malheureusement pour nous, il s'agit d'un mythe. En fait, les bananes contiennent bien de la sérotonine, mais sous une forme qui n'est pas capable de franchir la barrière hémato-encéphalique et de pénétrer dans le cerveau. Il existe cependant d'autres aliments qui peuvent vous permettre d'augmenter votre sérotonine.

On trouve par exemple un acide aminé appelé tryptophane, qui existe dans certaines viandes et certains laitages, ainsi que dans certains légumes (rappelons au passage que les acides aminés sont les constituants élémentaires des protéines). Le tryptophane est connu pour avoir une forte influence sur l'activation de la sérotonine. Il existe cependant un léger problème : les aliments riches en tryptophane ont généralement bien du mal à stimuler la sérotonine. Ceci est dû au fait que l'acide aminé en question est beaucoup moins actif que les autres acides aminés présents dans ces aliments, avec lesquels il se trouve en compétition pour l'absorption dans l'organisme.12

Vous devriez donc rechercher des aliments possédant une proportion de tryptophane particulièrement élevée par rapport aux autres acides aminés. Les pois chiches et le blé sont de bons exemples, surtout quand on sait qu'il existe des variétés de pain enrichies en tryptophane. De fait, une étude menée à l'échelle internationale, à partir d'une variété de blé possédant cette caractéristique génétique, a montré une corrélation négative significative entre la consommation de ce blé et le taux d'homicides et de suicides dans les régions concernées. Le tryptophane semble réduire les risques de dépression et l'agressivité dans la société.13 Ceci est sans aucun doute à mettre en relation avec son influence sur les taux de sérotonine dans le cerveau. Comme vous pouvez le constater, on ne pourra jamais insister suffisamment sur l'importance de cette hormone.

À ce sujet, on trouve même des suppléments nutritionnels de tryptophane, qui sont cependant interdits dans certains pays du fait que cet acide aminé à l'état pur est considéré comme une drogue. Il ne s'agit pas de s'inquiéter outre mesure, mais montrez-vous tout de même relativement prudent si vous testez ce genre de traitement. Le tryptophane fait augmenter les taux d'insuline. L'insuline est le moyen utilisé par l'organisme pour réguler le taux de sucre dans le sang. Si son taux augmente considérablement sur une période prolongée, on peut voir apparaître des effets négatifs. 14 Quoi qu'il en soit, un régime adapté n'est pas la seule façon d'augmenter vos taux de sérotonine.

L'exercice physique augmente également les taux de sérotonine dans le cerveau. Il n'est pas encore établi clairement si c'est l'activité motrice en elle-même qui conduit à une émission accrue de neurotransmetteurs (comme dans le cas de la dopamine dont nous parlerons dans le prochain article), ou si c'est dû à la fatigue physique qui en résulte. La théorie la plus récente est que la fatigue provoquée au niveau du système cardiovasculaire permet au taux en tryptophane d'augmenter suite à la diminution du taux en BCAA. Le BCAA est un composant chimique naturel qui désactive le tryptophane.15 L'exercice physique participe par ailleurs à la vigueur et à la bonne santé du cœur qui reste un organe essentiel pour pouvoir mener une vie épanouie.

Au risque de me répéter : les mécanismes et les comportements qui vous caractérisent vous et votre santé ne fonctionnent pas de façon indépendante. Votre régime alimentaire influera sur votre sommeil, qui à son tour influencera votre alimentation etc. Pour faire simple, disons que la bonne santé prépare une santé encore meilleure, et que l'action engendre l'action. Il s'agit d'un phénomène dont nous discuterons plus en détail dans le prochain article où il sera question de dopamine, d'énergie et de voie motrice.
Conclusion

Faire de l'exercice, maintenir des relations sociales, suivre un régime équilibré, sont autant de facteurs qui feront de vous un joueur de poker plus heureux, plus productif et plus objectif. Vous savez maintenant pourquoi, et il est à espérer que vous procéderez à quelques adaptations afin de stimuler vos taux de sérotonine. Un tel effort vous permettra non seulement de jouer au poker de façon plus profitable mais aussi, comme vous avez pu le lire plus haut, d'être en meilleure santé, et de devenir un acteur toujours plus positif au sein de votre réseau social, et de la société en général.

Nous commençons juste à gratter la surface du cerveau du joueur de poker. Au final, comme l'a dit quelqu'un dont je ne me rappelle plus le nom, dans un livre dont je ne me rappelle plus le titre : "la connaissance est indivisible, et son fractionnement n'est que la preuve de la faiblesse humaine". Je suis moi aussi coupable de cette faiblesse, et c'est pourquoi je vous conjure de poursuivre avec moi ce voyage au cœur du bien-être psychologique et du poker profitable en lisant le prochain article "Dopamine, énergie et concentration".

D'ici là, évitez l'overdose de tryptophane, et prenez le temps de regarder la vidéo associée à cet article, dans laquelle vous trouverez des recommandations pratiques supplémentaires pour booster vos taux de sérotonine et améliorer cette bonne humeur qui vous permettra de réaliser de véritables prouesses pokeristiques.
Revenir en haut Aller en bas
http://by-veron.skyrock.com/
 
Psychologie - Neuropsychologie du poker, Sérotonine et humeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Push :: Parlons poker-
Sauter vers: